COURSE A PIED ET ULTRA FOI

JUSTE POUR RIRE

 

 

Bon! Vous allez apprendre à me connaitre, et savoir que j'aime bien rire, ou comme dit Jack "Tu es bon public"! C'est vrai je le reconnais. Le rire et la joie font parties de ma vie, comme boire de l'eau... je précise, manger, et courir. Pourquoi? Tout simplement parce que la joie est un bon remède pour affronter les difficultés de la vie de tous les jours, elle nous aide à relativiser, et reste bibliquement parlant un fruit de l'esprit qui est un don de Dieu. Evidemment, je serais triste avec celui qui l'est, et je ne ris pas tout le temps croyez moi dans les choses sérieuses de la vie ou qui me blesse.

 

Pendant cette reco, et bien comme d'habitude il peut arriver des choses rigolotes, et je tiens à les notifier, surtout pour ne jamais oublier ces bons moments, qui à l'instant présent ne sont pas toujours hillarants, comme le fait ci-dessous.

 

Cela c'est passé, à vrai dire, je ne sais pas dans quelle traversée de col, mais il y a eu de nombreux passages ce jour dans le purin, bien évidemment, pataude comme je suis, j'ai mis le pied dedans, mais le pire est que ma chaussure est restée collée au fond et en plus elle s'enfonçait comme dans du sable mouvant, si bien que me retrouvant en chaussettes, éberluée et accroupie au sol, j'ai tenté désespérément de la retirer, cherchant du regard du secours, ... Mais en vain! Je vous assure impossible, comme une ventouse, j'ai donc mis les deux mains et de toute mes forces j'ai réussi à l'oter de ce "merdier", lol. Ma shoes était pleine de... je l'ai secoué, et j'ai été obligée de remettre le pied dedans (sequettes blanches), j'vous dis pas, directos poubelle à l'arrivée et là! Ce n'est pas du gaspillage. Et comme les choses sont bien faites, un petit ruisseau m'attendait 2 min après, pour un bon bain de pieds et de chaussures. Bonjour l'odeur malgré tout, et la tête des gens en les doublant, hum! Hum.

 

Le plus qui m'a interloqué et fait sourire, c'est le nombre incroyable de Chinois ou  Japonnais que sais-je? Mais excusez moi les termes suivants, "des têtes plates" de partout, partout, partout... Armez de leurs célèbres appareils photos, à flasher dans tous les sens.

 

Je continue dans la moquerie de ma petite personne, Jack pourrait vous le confirmer, de toute il me connait parfaitement maintenant en qualité d'excellente descendeuse et de sauts aériens (nullos de chez nullos). Ce sont ces fameux passages en dévers dans les névés, ou je n'ose même pas regarder le ravin, tellement je suis tétanisée par la peur, je mets juste mes pieds dans les traces déjà faites et je m'agrippe comme un koala sur le côté opposé les doigts enfoncés dans la neige, marchant sur des oeufs, en espérant que ce moment ce passera bien et le plus vite possible.

 

Parlons de ces groupes de randonneurs, que l'on a croisé sur plusieurs jours pour certains, et qui ma foi, sont restés très adimiratifs me demandant des photos avec eux à mes côtés, telle une star, mais de quoi??? Alors là! That is the question?lol...???!!! Je reste interrogative. Bon! Je vous passe le côté Italien ou lorsque j'étais seule, m'ont couvert de compliments, hum! parfois même avec Jack ; Dragueurs va! Le pire étant que je suis restée coincée derrière un groupe dans la neige où il était impossible de doubler vu les passages pour moi plutôt dangereux et que je passerais de nuit, Jack m'a demandé pourquoi j'avais mis autant de temps, bah...Mais bon! les garçons n'ont pas arrêté de me taquiner car si je les écoutes, je fais l'UTMB qu'en nocturne, bah voui! à chaque fois ils m'ont dit, c'est de nuit! c'est de nuit! pfff! Ceux là alors! Mdr!

BONJOUR L'AUTONOMIE DE LA FRONTALE!

 

Il y a eu de nombreuses traversées de ruisseaux, mais petit à petit j' en ai pris l'habitude, je ne saute pas sur les pierres pour éviter de me mouiller, mais splash! splash! Je saute dedans. Du coup c'est plutôt la tête à Jack qui m'a fait marrer. Et ce fameux passage ou là, le pont a été cassé, le courant étant beaucoup plus fort, c'est dommage par respect, Jack n'a pris pris ma trogne en photo, mais je pense que cela voudrait le coup d'oeil, idem que dans la neige, je peux simplement me retrouver les fesses dans l'eau pour pouvoir me rassurer et me mettre en "mode sécurité", et surtout en gardant la tête haute, j'ai ma fierté quand même.

 

Et de la neige, de la neige, de la neige, les hommes eux courent et sont déjà loin, et moi, je marche, je marche, je marche mais en plus je glisse, je glisse, je glisse. personne Dieu merci m'a vu les "miches" au frais dans la neige. A peine relevée, que je suis repartie dans cette cryothérapie. C'est agaçant dêtre la seule à se vautrer... Il faut dire que bécasse comme je suis j'ai couru la plupart du temps avec des shoes qui ne sont pas des trails par choix trouvant l'accroche mieux et par confort aussi.

 

La cerise sur le gâteau étant le dernier jour, ou pas très en forme, et les garçons loin devant comme d'hab, et bien je me suis perdue, arrêtée par une barrière et des fils à ma droite, j'ai donc pris un sentier à ma gauche ... Pas le choix qui me ramenait dans la direction du départ, j'ai fait les allers-retours au moins 3 fois, me retrouvant devant cette foutue barrière. Après avoir croisé des gens du coin, l'hélicoptère pas loin pour les ravitaillements, et bien les gens m'ont simplement dit de la pousser cette foutue barrière, c'est bon! lol, je me passe de vos commentaires. Moi, je dis on est blonde ou pas, j'assume, lol, et j'en joue, re-lol. Ce jour, cà été la série des barrières, mais je peux vous dire que je les ai toutes poussées sans me poser de questions pour savoir si elles étaient électrifiées ou pas. Encore lol.

 

Ce même jour, seule au monde, enfin pas tout à fait, ne pouvant contacter Jack, ni Mika, car les portables ne passaient pas. Pendant des heures j'ai crapahuté ce col ne sachant pas si j'étais dans la bonne direction du tout, je me suis foutue la trouille, d'habitude les hommes grimpaient à leurs rythme et faisaient retour en arrière pour me récupérer, mais là que néni. J'ai eu de gros doutes, je criais donc très fort, "youhou il y a quelqu'un?", à chaque fois que je faisais cela je me retrouvais avec des randonneurs qui cassaient la croûte. Pas si isolée que cela la fille. Au final, oui j'étais sur le bon chemin. Tout est bien qui fini bien.

 

Jack a couru de nombreux kilomètres avec moi, et il m'a fait mourir de rire, mais là, c'est top secret!!! Et il ya ces marmottes que Jack a vu, alors que moi je regardais juste devant mes pieds, et surtout celle qui n'a pas été farouche du tout la marmotte de la pub du chocolat Milka qui met le chocolat dans le papier alu, que Jack a pu approcher de très prêt, j'espère qu'il va mettre la photo de ma mascotte qui me suivra sur l'UTMB, ainsi qu'une chansonnette que j'ai dans la tête.

J'ai râlé et souris maintenant, en répétant tout fort, "mais j'en ai marre de grimper, monter, monter, escalader", et espérant toujours un peu de plat, et bien non! alors j'ai râlé, râlé, en répétant tout fort, "mais j'en ai marre de descendre, descendre, sauter, çà fait mal au cuisses merde", ils sont fous ces gens de faire une course pareille.

Mais? Pourtant je serais au départ cet ultra d'une réputation mondiale, certes médiatisée.

Que mes concurrentes ne s'inquiètent donc pas, car je ne serais pas en mesure de leurs faire du mal. LOL. J'parle pas du club de foot de Lyon.

 

Je note évidemment pas tout, gardant confidentiels les âneries des autres, les gentilles moqueries, les taquineries, les plaisanteries un peu HOT.

 

 



16/07/2010

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres