COURSE A PIED ET ULTRA FOI

Dimanche 08 mars 2009 (journée de la femme)



Semi-marathon du 15e printemps d’Ozon courir



Découvrez Mylène Farmer!

Réveil de bonne heure et de bonne humeur, je me décide, suite à quelques conseils (Lionel dit YOYO bounce entre autre) de déjeuner alors que j’ai l’habitude courir à jeun !
Cette sortie est prévue pour faire une quarantaine de kilomètres en endurance pour la préparation du 24 heures de Saint-fons qui a lieu en avril. Je mange donc des tartines de pain avec du miel et une banane ainsi qu’ un café noir (dommage sans mon lolo euh lait).
Je pars chercher le Stèf à Lyon (copain de travail), il m’attend devant chez lui avec un large sourire Very Happy sans cigarette aujourd’hui fumeur . C’est parti pour passer de bons moments ensemble sous le signe de l’humour et de l’amitié.

Voilà, la voiture est donc garée et nous partons en courant retirer nos dossards… nous effectuerons environ 8 km, tranquille mimil.
Arrivés au gymnase, l’ambiance est particulièrement festive et chaleureuse, je reconnais plusieurs visages . Le café est servi, la musique bat son plein orchestre , les tables sont bondées de prospectus. Trois femmes m’aborderont pour me demander sur quelle distance je suis Question
Je ne les connais absolument pas… ???
Aux abords des lieux, j’ai vu que la gendarmerie, les secours, un médecin, des kinés c’étaient monopolisés, encore plus d’améliorations sur ce semi déjà bien organisé. super
Une fois le dossard épinglé sur mon kamelback (pas léger), nous trottinerons encore un peu (2km). L’organisateur s’approche avec son micro et me dis « les 5 premiers au scratch sont récompensés ».
Stéphane me regarde, je le regarde à mon tour. Avec un sourire comme une tirelire Very Happy , il me lance : « Allez chasseuse de prime » (cela me rappelle FAB, en effet, ce sont ces premiers mots lorsque je suis arrivée sur le forum bientôt 1 an).

Je lui fait un bisou sur sa joue bisous et le remercie, nous devions la faire tranquillou, mais j’avoue avoir beaucoup de mal à effectuer une course dans cet état d’esprit. rambo

Je vais déposer mon kamel et je sais que je vais être perdue pale ! je n’ai pas les « boosters », ni de boisson énergétique, rien en alimentation – j’ai pris l’habitude de « mes » choses, comme quoi, c’est pas bien… enfin bonne expérience.
Le départ est annoncé dans deux minutes, nous nous plaçons en milieu de peloton environ 500 coureurs. Je me sens toute petite, au milieu de ces géants, beaucoup de nanas. scratch
« Ciao le Stèf, bonne course ».
Les runners partent comme des balles, j’ai le souffle court, et il y a beaucoup de monde, je monte donc sur le trottoir pour essayer de prendre mon rythme,
(Je suis le point noir FLOU à droite)
je me laisse le temps d’atteindre les 13km/h, je connais le souffle et la foulée qui l’accompagne. Je veux tenir ce rythme jusqu’au pied du col du bel air au 10e kilos, ou la vitesse va chuter ensuite.

Je passe le 10e kilomètres en 46,11s. Je perds du temps en m’arrêtant à chaque ravitos.
Me voilà en bas du col, je sais que je vais souffrir, mais je me rassure en me disant que je ne suis pas la seule. Effectivement je le passerai difficilement. Pas de coup de fouet (gels), que je consomme quand je veux.
Que d’hommes, devant, derrière, à côté, mais où sont les femmes ???? Devant sans doute ???
Je me souviens en souriant de la réflexion de Nounours (copain de boulot) avec qui j’ai fait ce même semi, et qui c’était exclamé : « Fais gaffe Sylvie, ne te retourne pas tu es suivie par plein d’hommes, et pi au moment du départ en parlant très fort : « faites gaffes les gars, elle a la gastro » (oh la honte de chez honte) Embarassed , mais tous morts de rire, oui j’étais malade.

Revenons à nos moutons, ou plutôt aux brebis, ils font du fromage dans ce coin.
Je me traîne lamentablement, beinh oui! mais cela fait 20 kilos que je cours et les 10 d’avant ils ne comptent pas pour du beurre.
Marre ! Et après, il y a toutes les crêtes a passer putain de bordel de merde !
Le photographe est bien placé à la sortie du col du bel air : « Hello Pascal » ! Il m’encourage et je lui dit que je n’en peux plus.

Un coureur me rejoint, et me demande si ça grimpe encore longtemps comme çà, « bah oui jusqu’au bout et deux sacrés coup de cul à donner », oups il sourit, aurais-je dit une ânerie STYLE LA NOUNOU D'ENFER?

Les crêtes sont passées tant bien que mal, j’ai envie de faire du roller, mais plus courir !
Je rigole intérieurement des réflexions des playboys derrière moi :
« Moi, ça me motive de courir derrière elle, … belle athlète… », Je vous fait grâce des autres commentaires bien équivoques – j’ai les écouteurs mais j’entends messieurs.

Allez c’est reparti, les jambes sont lourdes, j’entends Lionel me susurrer « tu vois tu cours trop, tu fais trop de kilomètres, pas assez de fractionnés) Oui, Yo t’as raison, j’entends Serge me dire, « allez lève les jambes… » … euh bah ce soir si tu veux pompes oups . Rien n’est respecté puisque c’est une course imprévue.

Je suis limite crampe au mollet gauche (je ne bois pas assez et presque 30 bornes)… le mur. grrr
Pour la deuxième fois j’entendrais : « allez Tomb Raider », bon ! Dorénavant je sais que ce n’est pas un homme…
Encore 3 kilomètres et une dernière côte dans les gadins, un runner me passe à l’aise et m’encourage en me disant que j’ai fait une belle course. Bah pourquoi me dis-je ?
Et oui, quelqu’un en bord de chemin m’annonce 5e femme….. yeeesssss (pari tenu) être dans les 5.
Dernier kilo, le plus dur, je ralentis complet, j’ai même envie de m’arrêter cinq secondes quoi, 3 coureurs me rejoigne, ils se placent, l’un à ma droite l’autre à ma gauche et un derrière moi, je peux quasi toucher leurs épaules et je sais que c’est super, bien pour être portée. Ma vitesse s’accélère sans grande fatigue, j’ai l’impression qu’ils ont au moins 10 tant ils crient « allez ma belle, t’as fini, tu fais un podium ». Ils ralentissent 200m avant pour me laisser franchir la ligne d’arrivée seule, quelle galanterie, sont-ils des anges ?

Arrivée triomphale, mais pourtant je ne suis que 5e.

Une rose est offerte à chaque femme. for you

Le Stèf me rejoint 12 min after, il a bien couru, et il est ravi. Des regards, encore des regards, un trou de souris vous fournissez aussi. Stèf m’entraîne vers les ravitos pour boire de la soupe de cresson elle est faite maison, c’est le pays du Cresson (St Symphorien d’Ozon)… beurk désolée puker , je la repose, nous prenons une bière, beurk puker je la file à Stèf. Je me déciderai pour un bon jus de fruits et j’aimerai tant du lait. Crying or Very sad
Le Stèf vadrouille un peu et j’ai soudain l’impression d’être un pot de miel,

enfin je me comprends ! (blablabla) au secours Stèf affraid Il me réplique: « on ne peut pas te laisser 2 secondes seule ».
Bon! tu es mon garde du corps pour ce jour lui dis-je.

LA SUITE C'EST POUR ME LA PETER UN PEU!


Maintenant, un pompier se présente à moi pour me dire qu’il me voit passer devant la caserne tous les jours à la même heure, « oui lui dis-je je vais au travail en courant », il me demande quelque chose pour faire râler ces copains de la caserne (allez c’est parti la semaine prochaine à la caserne pour raconter des mensonges en disant que je le connais …) allez demande accordée, je me prends au jeu. Ce n’est qu’un petit péché seigneur que tu pardonnes à sœur Marie Sylvie. (pour Dédette)
Une dame qui travaille à la mairie me dit elle aussi qu’elle me voit passer devant son bureau et m’applaudit à travers la fenêtre, décidemment, on ne peut pas passer inaperçue.
Un coureur qui a fini 6e qui travaille dans une usine chimique à côté du labo, me raconte qu’il me voit courir devant le restaurant d’entreprise et me propose de prendre ma licence au club de Saint-fons. (euh, non, … trop individuelle la peste)
L’organisatrice viendra elle aussi me demander si je fais les 24 heures de Saint-fons début avril. ok

Bon, ouf ils appellent les primés mais au moment du podium des cris, des sifflements (ouaih Sylvie), on dirait des fans de Patrick Bruel, mais je ne suis que 5e.
Calmos, calmos… la honte ! Embarassed

Je confie les récompenses à une amie et nous repartons en courant avec le Stèf (dur, dur) on est MDR ! Il me dit qu’il va tout dire demain au boulot ce qui c’est passé, et je lui réplique que si il fait cela je me fâche. en colère
Petit blem d’intestins pour Stèf en cours de route et re-mort de rire, je tiens le sujet pour lui faire du chantage. Je me tais que si tu te tais, nah.
VOUS SAVEZ TOUT, EUH PRESQUE...

En arrivant au travail le lendemain, je me retrouve inscrite sur le marathon de Lyon à mon insu qui a lieu 2 semaines après le 24 heures de Saint-fons, ils veulent ma peau, j’ai compris maintenant.
et ils ont afficher en dessous :


5e femme, 152e sur 451, 2V1... pour Yo, la première en 1h34,04. trop d'écart tu vois avec la première! soit 36 ou kilos réalisés ce jour.
_________________
Le sentier est unique pour tous,
les moyens d'atteindre le but varient avec le voyageur.


PROVERBE TIBETAINS



14/03/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres